Página inicial > BRASIL > Comunicação > RIO 16: Les Médias Altermatifs dénoncent au monde entier le coup dat au (...)

RIO 16: Les Médias Altermatifs dénoncent au monde entier le coup dat au Brésil

sexta-feira 5 de agosto de 2016, por , Felipe Bianchi

Todas as versões desta matéria: [English] [Español] [français] [Português do Brasil]

des dizaines de collectifs de médias et véhicules anti-hégémoniques couvriront toutes les protestations et les manifestations qui se produiront pendant les Jeux.

Traduit par: Jenny Dauvergne

Les Jeux Olympiques de Rio 2016 ont lieu dans une période de turbulences pour les Brésilien-nes. Michel Temer, mandataire intérimaire, a assumé la présidence présidentielle grâce à un coup d´État médiatico-judiciaire, destituant la Présidente Dilma Rousseff, élue par 54 millions de Brésilien-nes et ramenant au pouvoir les secteurs les plus rétrogrades de la politique brésilienne. Ainsi, la scène des JO promet d´être brûlante non seulement par la chaleur de la flamme Olympique mais également par les manifestations massives qui doivent avoir lieu pour dénoncer le coup d’Etat.

Contrôlés par les sept familles qui forment un oligopole d’information dans le pays, les grands médias engagés dans le processus putschiste, déforment ou omettent la résistance de la lutte pour la défense de la démocratie. Ainsi, des dizaines de collectifs de médias et véhicules anti-hégémoniques couvriront toutes les protestations et les manifestations qui se produiront pendant les Jeux. L’idée est de rendre visible et de répercuter internationalement notre plainte de se qui produit dans le pays, et ce malgré les efforts des médias privés et du gouvernement provisoire pour étouffer les voix dissidentes.

Afin de contribuer à cette importante tâche, le Centre d´ Études des Médias Alternatifs du Barão de Itararé favorisera une couverture multilingue des manifestations organisées contre Temer et le coup d’État. Ce centre est une référence dans la lutte pour la démocratisation des médias de communications dans le pays, composé de journalistes, intellectuel-les, militant-es et dirigeant-es des mouvements sociaux, l’entité produira des articles en portugais, français, anglais, espagnol, russe et allemand.

Les informations seront divulguées sur le site internet du Barão de Itararé (www.baraodeitarare.org.br) et divulguées sur les réseaux sociaux comme Facebook (www.facebook.com/baraomidia) et Twitter (www.twitter.com/cbaraodeitarare).Le hashtag #ForaTemerRio2016 (DehorsTemerRio2016) sera étiquetté sur les publications. La reproduction est autorisée en citant la source.
La ataques de Temer contre la liberté d’expression

L´un des cas les plus emblématiques de l’offensive du gouvernement intérimaire contre la liberté d’expression est la tentative de démonter la communication publique brésilienne naissante. « Le Brésil est novice dans la construction des moyens de communication publics. Notre modèle est strictement commercial, typiquement copié sur celui des États-Unis, » a déclaré Renata Mielli, coordinatrice du Forum National pour la Démocratisation de la Communication (FNDC). « Par conséquent, notre démocratie manque cruellement, depuis des décennies, d´un réseau de communication publique, qui porte un autre regard sur les événements et sur la pluralité et la diversité régionale et culturelle ».

L´entreprise Brasil de Comunicação – Brésil de Communication (EBC), créée en 2007, est une initiative visant à renforcer le secteur alternatif à partir de la case départ. « Cela signifie donner une voix aux segments auparavant invisibles » dit Mielli. « La chaîne TV Brasil a récemment lancé, le premier programme du pays destiné à un public homosexuel, engagé dans les questions de cette communauté. » Selon elle, le type de journalisme pluriel produit par l’EBC, rompt avec le monopole unique médiatique du Brésil.

Le problème, selon Mielli, c’est que le coup d’État ne fait pas bon ménage avec cette diversité des moyens de communication. « Il n’est pas possible de consolider un processus illégitime avec des foyers de contestations et de remises en question dans les médias ». Ainsi, l’EBC, entreprise publique liée institutionnellement à l’État brésilien, souffre de l´intervention du nouveau gouvernement, qui a illégalement nommé un nouveau directeur qui souhaitait changer les bases et directions de l´entreprise. La mesure fut annulée par la Justice (unique échec judiciaire de Temer pour le moment), le gouvernemetn promet donc de faire passer une loi modifiant le caractère public de l’EBC.

Quant aux JO, Renata Mielli évalue que la couverture journalistique de l’événement comporte deux volets : l’observation des compétitions et celle des faits en dehors de l’arène sportive. « L’initiative de produire un contenu qui contextualise les JO dans cette situation politique brésilienne est fondamentale pour surmonter le blocus de l’information (...) Cet événement, conçu lors d´une période d’affirmation de la souveraineté nationale du peuple brésilien, survient, maintenant, dans un moment de recul des acquis. Le monde ne le comprendra que s’il y a une autre narration des faits.”

Faire taire la divergence
Le Secrétariat de la Présidence de la République, un organisme chargé d’établir les critères pour la répartition du budget publicitaire dans les médias, a rompu de façon unilatérale les contrats publicitaires avec les bloggers progressistes.
Cette mesure fut entreprise par Temer avant même que la destitution de la présidente Dilma Rousseff soit confirmée– lors du vote final au Sénat brésilien quelques jours après la clôture des Jeux Olympiques – reflète bien la main de fer de ce putsch contre la diversité des opinions et des idées.

Selon le Président du Centre d´ Études des Médias Alternatifs du Barão de Itararé, Altamiro Borges, le critère de la répartition de la publicité officielle est historiquement antidémocratique. « Renforcer les moyens de communication anti-hégémoniques reste une énorme dette des divers gouvernements brésiliens puisque ceux-ci ont toujours reçu des sommes insignifiantes. Les quelques familles qui dominent les médias ont toujours remporté la plus grosse part du gâteau et comme elles soutiennent le coup d´état elles vont vraissemblablement le dévorer en entier.”
Le journaliste et auteur du Blog de Miro, critique l’attitude de Temer de couper dans le budget des médias alternatifs.Pour lui, la situation de concentration tend à s’aggraver. « Afin de suspendre les contrats, Temer révèle son intolérance envers la liberté d’expression et laisse entendre clairement qu´il n´acceptera aucune divergence lors de son mandat” affirme-t´il.

Les mouvements populaires de Rio2016
Le Brésil étant sous les feux de la rampe, les mouvements populaires, promettent d’occuper les rues de Rio de Janeiro pour que soit dénoncé au niveau international le coup d’Etat en cours dans le pays. Le 4 août, la veille de l’ouverture des Jeux, le Front Brésil Populaire et Front Peuple Sans Peur donneront une conférence de presse pour les médias étrangers. Ces deux fronts réunissent les principaux mouvements sociaux brésiliens de divers tendances du camps progressiste.
La grande manifestation du mouvement est prévue pour vendredi (5), à partir de 11:00, à Copacabana. La bannière choisie par les mouvements est « Temer Dehors, Aucun droit en moins, contre la calamité olympique!” À 10 heures les « Femmes pour la Démocratie » organiseront une manifestation à la station de métro Arco Verde.


Ver online : Barão de Itararé