How Much Does Internet Access Matter?

escrito por Jillian York

Todas as versões desta matéria: [français] [Português do Brasil]

Can a tiny group of Internet users influence a countrywide movement?

Amidst the ongoing debate of the role of social media in revolutions across the Middle East and North Africa lies another question: To what degree does Internet access matter in determining the role of the Internet and social media in these revolts? In Egypt and Tunisia, many attribute an important role to online tools while others debatetheir worth; most observers fall somewhere in the middle,, recognizing the value of the Internet but remaining realistic about its limitations.

On my own blog, I framed the question slightly differently, asking::

The normative question in relation to the Internet (mobile is obviously a different story) is, then, how much do basic indicators like Internet and mobile penetration affect the effectiveness of such tools for organizational or revolutionary purposes? Or, can a tiny group of Internet users influence a countrywide movement?

But in comparing the role of the Internet in Egypt (where most accounts* put Internet penetration between 20-25%) and Tunisia (which hovers closer to 35%) to the potential role of the Internet in other countries, one must take into consideration the access in that country. In Libya, for example, access to the Internet is only available to about 5% of the population. Statistics on individual social media sites are also important when analyzing their role in a protest movement. CNN has an excellent map of Facebook and Internet penetration in the Middle East and North Africa

Blogger Andrew Trench recently presented a theory on the threshold of when Internet penetration starts to matter, writing::

Social networks have also been given plenty of credit for the revolution unfolding in Egypt.

So I went and had a look at the numbers over on www.internetworldstats.com to see what they could tell us about these two scenarios. Well, fascinatingly, both Egypt and Tunisia have seen a massive growth in internet users and internet penetration over the last 10 years.
Both have now got internet penetration of over 20% and in Tunisia’s case it was as high as 34%.

While it is clearly simplistic to over-state this factor and there must be many more drivers contributing to such a rapid political uprising, it is obviously a factor as evidenced by the Egyptian regime pulling the plug on the country’s internet access to try and block the rising tide of revolt.

My back-of-napkin theory is this: that a rapid increase in internet penetration in a repressive regime does play an important role as it provides an unfettered channel of communication allowing disaffected citizens to share views - and more importantly - to rapidly organise and mobilise.

If Egypt and Tunisia are valid case studies, it looks like internet penetration of around 20% is the mark".

Geopolitics & Macroeconomics adds :

Internet penetration: Social networking sites were critical to sustaining the momentum in the recent protests. The internet penetration in Egypt is 16%. In Libya, it is a meagre 5% [1]. The unrest in Libya has thus far remained concentrated in regions that are geographically distant from the seat of ‘real’ power (see more on this below). The dependence of momentum on internet communication is far greater in Libya than in Egypt where protests began in Cairo itself.

Taking the conversation to Pakistan, Sabene Saigol writes, on blog BrandRepublic :

" Perhaps one reason for this is that we’re still not that used to communicating via the ‘net - maybe we need greater broadband and internet penetration. Personally I think it is more to do with culture - while Pakistani internet users are savvy to using social media to connect with friends, I feel they have not yet ‘crossed over’ to seeing SM as a means for professional communications - or even wider social communications that go beyond their immediate circle. Yes, there are no doubt savvy people - both within marketing and tech circles, and outside - however, these people are likely a tiny proportion of the total number of ‘net and social media users.".

The role of mobile receives perhaps even less media attention than the role of other technologies. And yet, mobile penetration is higher across the region than Internet, with only Yemen, the occupied Palestinian territories, and Syria reporting fewer than 50% mobile subscribers. Several countries in the Middle East and North Africa, including Saudi Arabia, Oman, and the UAE, boasted mobile subscriber rates of over 100%.. MobileActivehas detailed mobile data by country.

Micah Sifry, writing for TechPresident, has also considered mobile, arguing: :

" The biggest factor in the unfolding events, to me, appears to be the emergent power of young people, compounded by how urbanized they are and how connected they are by mobile phones.

If you look at the available data on degree of internet penetration, number of mobile cellular subscriptions per 100 people, percentage of population under the age of 15 and degree of urbanization, what jumps out is how the last three factors seem to matter more.".

Sifryadds:

With the exception of Yemen, mobile coverage in the other five countries I’ve focused on–Egypt, Tunisia, Syria, Jordan and Iran–hovers between 98% and 100%.

Finally, the pace of mobile phone penetration has exploded, far faster than internet penetration. With the exception of Jordan, which boasted a 23% mobile phone subscription rate in 2002, in the other five countries mobile ownership was in the single digits–just six percent in Egypt and Tunisia back then. That has skyrocketed in 2007 to 76% in Tunisia and 40% in Egypt, according to MobileActive.org.

Could it be that what we’re witnessing is the political coming of age of Generation TXT?

*For those interested in learning more about Internet penetration globally, there are two main organizations which track such data: the l’Union internationale des Télécommunications and the Banque mondiale. heir statistics sometimes differ. The website Internet Internet World Stats aggregates their data, as well as the data from smaller or more localized institutions.

Ver online : Global Voices

Quel est l’impact de l’accès à Internet dans les insurrections ?

escrito por Jillian York

Todas as versões desta matéria: [français] [Português do Brasil]

Peut-il un petit groupe d’utilisateurs d’Internet guider un mouvement à un niveau national?

Au moment où le débat est en cours sur le rôle des médias sociaux dans les révolutions qui secouent le Moyen-orient et l’Afrique du nord, une question se pose : jusqu’à quel point l’accès à Internet a permis un rôle déterminant d’ Internet et des médias sociaux dans ces insurrections?

En Egypte et en Tunisie, de nombreux observateurs attribuent un rôle important aux réseaux virtuels alors que d’autres remettent en discussionce facteur ; la plupart d’entre eux se situent au milieu, en reconnaissant le rôle d’Internet tout en restant réalistes sur ses limites.

Sur mon blog personnel, j’ai formulé la question d’une manière un peu différente,en demandant:

La question que l’on devrait se poser sur le rôle d’Internet (celui des portables est naturellement différent) est, alors, jusqu’à quel point les indicateurs de base comme la pénétration d’Internet et de la téléphonie mobile influencent l’effectivité de ces outils dans des buts d’organisation ou révolutionnaires? Ou bien, un petit groupe d’utilisateurs d’Internet peut-il guider un mouvement à un niveau national?

Mais en comparant les rôles d’Internet en Egypte (où selon plusieurs sources, le taux de pénétration varie entre 20 et 25 pour cent) et la Tunisie (où ce taux approcherait les 35 pour cent) avec les taux de pénétration d’Internet dans d’autres pays, on doit prendre en considération l’accès dans chaque pays. En Libye par exemple, l’accès à Internet ne touche qu’environ 5 pour cent de la population. Les statistiques sur chaque réseau de médias sociaux sont aussi importantes lorsqu’on considère leur rôle dans un mouvement insurrectionnel. La chaine de télévision CNN dispose d’une excellente carte montrant (ici) les taux de pénétration de Facebook et d’Internet au Moyen-rient et en Afrique du nord.

Le blogueur Andrew Trench a présenté récemment une théorie sur le seuil à partir duquel le taux de pénétration d’Internet commence à compter, en écrivant:

"On a attribué un rôle important aux réseaux sociaux aussi pour le déroulement de la révolution en Égypte.

J’ai été, donc, vérifier les chiffres sur le site www.internetworldstats.com pour voir ce qu’ils nous révèlent sur ces deux scénarios. Bien, il est intéressant de noter que l’Égypte et la Tunisie ont enregistré une croissance rapide du nombre d’utilisateurs d’Internet et du taux de pénétration d’Internet au cours des 10 dernières années. Tous les deux pays ont maintenant un taux de pénétration d’Internet de plus de 20 pour cent et dans le cas de la Tunisie il atteignait même 34 pour cent.

Il serait naturellement simpliste de surestimer le rôle de cette pénétration et il doit falloir de nombreux autres éléments qui contribuent à des insurrections politiques aussi rapides, mais il est évident qu’elle constitue un facteur, comme le prouve le fait que le régime égyptien ait coupé l’accès à Internet dans le pays dans une tentative d’arrêter la poussée nette de l’insurrection.

Ma théorie, griffonnée au dos d’une serviette de papier, est celle-ci : une croissance rapide du taux de pénétration d’Internet sous un régime répressif joue un rôle important car il fournit une voie de communication incontrôlable permettant à des citoyens découragés de partager leurs points de vue - et de manière encore plus importante de s’organiser et de se mobiliser rapidement.

Si l’Égypte et la Tunisie sont des études de cas valables, il semble que le seuil de pénétration doive atteindre 20 pour cent pour pouvoir compter."

Geopolitics & Macroeconomics ajoute :

" Taux de pénétration d’Internet : certains réseaux de sites étaient critiques sur son rôle dans ses insurrections. Le taux de pénétration d’Internet est de 16 pour cent en Égypte. En Libye, il est à peine 5 pour cent 5% [1]. Les insurrections en Libye se sont concentrées dans des régions géographiquement éloignées du centre ‘réel’ du pouvoir (voir ci-dessous pour plus de détails). La corrélation entre l’envergure de l’insurrection et la communication par Internet est plus grande en Libye qu’en Egypte où l’insurrection a commencé dans la ville du Caire même".

Reprenant le fil de la conversation depuis le Pakistan, Sabene Saigol écrit, sur le blog BrandRepublic :

" Peut-être qu’une des raisons pour cet état de fait est que nous ne sommes pas encore habitués à communiquer par le Net. Peut-être nous avons besoin d’une vitesse de connexion plus grande et d’un taux plus élevé de pénétration d’Internet. Personnellement, je pense que cela dépend plus de la culture. Alors que les utilisateurs pakistanais d’Internet savent comment utiliser les médias sociaux pour se connecter avec des amis, je pense qu’ils ne sont pas “arrivés” au point de considérer les réseaux sociaux comme des moyens de communication professionnels, ou encore moins un outil de communication sociale qui aille au-delà de leur cercle restreint. Oui, il n’y a pas de doute, les personnes qui maitrisent Internet - aussi bien dans les milieux du marketing que de la technol0gie, et au-delà - cependant, ne forment qu’une infime partie du nombre total des utilisateurs du Net et des médias sociaux".

Le rôle de la téléphonie mobile attire encore moins l’attention des médias que celui d’autres technologies. Et pourtant, le taux de pénétration de la téléphonie mobile est plus élevé dans cette région du monde que celui d’Internet. Seuls le Yémen, les Territoires palestiniens occupés et la Syrie enregistrent moins de 50 pour cent d’abonnés à la téléphonie mobile dans leur population. De nombreux pays du Moyen-orient et d’Afrique du nord, dont l’Arabie saoudite, Oman et les Émirats vantent des taux d’abonnés de plus de 100 pour cent. MobileActive fournit des données détaillées de la pénétration de la téléphonie par pays.

Micah Sifry, écrivant pour TechPresident, a aussi analysé la téléphonie mobile, soutenant que :

Le facteur le plus important dans le déroulement des évènements, pour moi, semble être le pouvoir émergeant des jeunes, renforcé par leurs taux d’urbanisation et d’accès à la téléphonie mobile. Si on prend en considération les données disponibles sur le degré de pénétration d’Internet, le nombre d’abonnés à la téléphonie mobile sur 100 habitants, le taux de personnes âgées de moins de 15 ans et le degré d’urbanisation, ce qui frappe c’est la plus grande importance de ces trois derniers facteurs".

Sifry ajoute:

A l’exception du Yémen, le taux de couverture par la téléphonie mobile dans les cinq autres pays que j’ai examinés –Égypte, Tunisie, Syrie, Jordanie et Iran–varie entre 98% et 100%.

Enfin, le taux de pénétration de la téléphonie mobile a explosé beaucoup plus vite que celui d’Internet. A l’exception de la Jordanie, qui enregistrait 23 pour cent d’abonnés à la téléphonie mobile en 2002, dans les cinq autres pays, le pourcentage de personnes possédant un téléphone mobile était inférieur à 10 - - Il était, alors, seulement six pour cent en Égypte et en Tunisie. Il a bondi à 76 pour cent en 2007 en Tunisie et à 40 pour cent en Egypte, d’après MobileActive.org.

Sommes-nous entrain d’assister à l’arrivée de l’âge de la Génération Texto ?

* Pour ceux qui seraient intéressés par plus d’informations sur les taux de pénétration d’Internet au niveau global, deux organisations publient ces données: l’Union internationale des Télécommunications et la Banque mondiale. Quelques fois, leurs statistiques diffèrent. Le site web Internet World Stats consolident leurs données ainsi que celles d’organisations plus petites ou plus focalisées localement.

* Pour ceux qui seraient intéressés par plus d’informations sur les taux de pénétration d’Internet au niveau global, deux organisations publient ces données:l’Union internationale des Télécommunications et la Banque mondiale. Quelques fois, leurs statistiques diffèrent. Le site web Internet World Stats consolident leurs données ainsi que celles d’organisations plus petites ou plus focalisées localement.

http://jilliancyork.com/2011/03/01/internet-mobile-access-and-social-movements-libya-madagascar-beyond/

Traduit par Abdoulaye Bah

Ver online : Global Voices

Deixe um comentário