Ciranda internacional da comunicação compartilhada

Festival SOCIAL EM MOVIMENTOS RIO+20

AA l’occasion de la Conférence des Nations Unies sur le développement durable, Rio +20, et du Sommet des Peuples, le festival “Social em Movimentos”, propose des films et des débats pour sensibiliser les citoyens autour de grandes questions sociales et environnementales en offrant un regard croisé entre la France et le Brésil.

Média libre annonce ses sujets vers Rio +20

II Forum mondial des Média libre aura lieu les 16 et 17 Juin, sur le campus de l’UFRJ dans le cadre du Sommet populaire. Consultez le calendrier

Des médias se réuniront à Rio pour promouvoir la communication libre. Venez participer !

Le IIe Forum Mondial des Médias Libres s’organisera selon un format ouvert avec des tables rondes, des conférences (débats libres), des ateliers et des assemblées plénières. Traduit par Elodie Dupau et Maxime Ferreol

Pour un protocole ouvert entre les réseaux libres

Le débat autour des interconnexions possibles entre les réseaux sociaux non corporatifs basés sur des logiciels et sur une culture libres, au service des personnes, des mouvements sociaux et de l’activisme mondial est ouvert ! N’hésitez pas à participer et à y contribuer. - Traduit par François Soulard

L’Afrique et le Machrek en route vers le 2ème Forum Mondial des Médias Libres en juin 2012 à Rio de Janeiro

La prochaine conférence des Nations unies sur le développement durable se tiendra à Rio de Janeiro (Brésil) du 20 au 22 juin 2012. Ce rendez-vous international, plus connu sous le nom de Rio +20, marque le 20ème anniversaire du 1er Sommet de la Terre qui a eu lieu à Rio en 1992.



Accueil > FSM > Un protocole pour les réseaux libres

Un protocole pour les réseaux libres

mercredi 18 janvier 2012, par RFreire

Toutes les versions de cet article : [English] [Español] [français] [Português do Brasil]

L’horizon est celui d’arriver au II Forum mondial des médias libres - qui fera partie du Sommet des peuples à Rio + 20, au mois de juin, à Rio de Janeiro – en mesure de faire approuver un accord international

Traduit du portugais par Susana Cohen

Échanger des instruments pour que les nombreux réseaux sociaux en développement dans les activismes globaux, basés sur le software libre, se constituent comme une partie d’un ample réseau libre et diversifié, configuré par de multiples faces et par des identités collectives. Celui-ci est l’un des buts des rencontres du III Forum des médias libres, qui aura lieu à Porto Allègre du 27 au 28 janvier, à la Maison de Culture Mario Quintana.

Il y aura une participation enthousiaste de projets et de réseaux, tels que Lorea et N-1, les indignés de l’Espagne, ou Global Square et #OccupyWallstreet, nés dans les occupations aux États-Unis. Il y aura aussi la participation d’expériences qui avancent au Brésil comme Nosfero, mise en oeuvre à travers de projets comme celui du Mouvement Software Libre et Fora do Eixo ou ceux qui gagnent des adeptes, comme Diaspora et la plate-forme Phyrtual, dont la construction est en charge du réseau jeune Viração et qui sera présenté par Evelyn Araype.

Outre les expériences, on va mettre au débat des idées, tel que l’informatique souveraine, qui permet de partager non seulement des archives, mais encore les aires de stockage, de mémoire et de traitement de données parmi les membres du réseau. Un exemple, signalé par Marco Konopacki, du réseau Soylocoporti, de Paraná, se voit développé au site Sneer. « C’est la communication P2P mise à l’extrême », affirme Thiago Skárnio, de Alquimidia.org, de Santa Catarina.

Peut-être va être vif aussi le débat des réseaux fédérés, défendu par Vicente Aguiar, du Colivre, de Bahia, parce qu’il permet à de nombreux réseaux sociaux de se constituer en un seul réseau, sans laisser d’être un parmi beaucoup d’autres ; ce sujet pourrait être alors l’un des buts du processus.

Il va être encore possible de discuter l’idée qui a débouchée dans une « confédération de ressources en réseau pour la démocratie », comme c’est le cas de la plate-forme Coredem, de laquelle participe François Soulard, de l’Argentine, qui participe aussi au FML.

Et il ne s’agit que d’une conversation qui ne fait que démarrer. Le III FML doit être le résultat d’un espace commun pour approfondir le dialogue avec les autres réseaux désireux de contribuer à la construction des protocoles qui réalimentent les autres réseaux. Ainsi, il est possible de générer des espaces et des connexions libres du contrôle du marketing, caractéristique des grands réseaux d’aujourd’hui, qui s’arrogent le pouvoir d’enlever de la Toile les pages collectives, en arguant des raisons politiques ou de toute autre nature.

L’horizon est celui d’arriver au II Forum mondial des médias libres - qui fera partie du Sommet des peuples à Rio + 20, au mois de juin, à Rio de Janeiro – en mesure de faire approuver un accord international, qui encourage à son tour d’autres accords avec des mouvements et des réseaux non nécessairement focalisés sur la communication et qui cherchent des alternatives sur l’Internet.

Le débat aura lieu aussi au sein du FST

La programmation d’activités autogérées du Forum social thématique sur la Crise capitaliste et justice environnementale envisage en plus des activités destinées à l’obtention de ressources pour ce protocole et même pour la communication propre du processus du Forum social mondial. L’une de ces activités aura lieu avant le III Forum mondial des médias libres, avec la participation des intéressés au débat sur « Principes pour un réseau social du / dans le FSM ». Le résultat visera tant à la Commission de communication du FSM quant au III FML, en qualité d’éléments de contribution.

.

Voir en ligne : Especial Ciranda III FML

Répondre à cet article