Página inicial > FSM WSF > FSM 2011 > Declaration de Lyon

Declaration de Lyon

quarta-feira 7 de março de 2012, por ,

Todas as versões desta matéria: [English] [Español] [français]

Les représentant(E)s d’organisations civiles et syndicales de la région maghrébine et méditerranéenne se sont penchés sur les mesures pratiques pour faire avancer et concrétiser sur le terrain l’Appel pour la Paix au Sahara Occidental (IPSO) adopté lors du Forum Social Maghreb tenu en 2008 à El Jadida au Maroc.

Les participants et participantes au séminaire sur le conflit au Sahara Occidental, organisé à Lyon le 18 Février 2012, sur invitation des associations de l’immigration maghrébine en Europe en coordination avec le Comité de Suivi du Forum Social Maghreb, relèvent avec satisfaction la qualité et la sérénité des débats sur un sujet aussi sensible et qui constitue un obstacle majeur dans l’édification de l’unité du Maghreb.

Tout en analysant les impacts sur la région des derniers évènements, révoltes et révolutions et sur le coût économique et social du non Maghreb du fait de ce conflit, les participants et participantes, représentant(E)s d’organisations civiles et syndicales, se sont particulièrement penchés sur les mesures pratiques pour faire avancer et concrétiser sur le terrain l’Appel pour la Paix au Sahara Occidental (IPSO) adopté lors du Forum Social Maghreb tenu en 2008 à El Jadida au Maroc.

A l’issu des débats fructueux, les participant(E)s ainsi que le Comité de Suivi du FSMaghreb, conviennent :

1. D’élargir et multiplier les espaces de débats similaires dans toute la région du Maghreb pour restaurer et stimuler un climat de confiance, mise à mal par les Etats, entre les peuples de la région maghrébine et méditerranéenne afin de renforcer le processus d’appropriation d’un conflit dont les peuples payent le prix, mais aussi afin d’approfondir la réflexion conjointe et rapprocher leur vision du Maghreb auquel aspirent les peuples de la région.

2. De développer des actions conjointes reposant autant sur la dénonciation que la pression et la proposition de solutions portant sur

· Le respect des libertés et particulièrement la liberté de circulation, la liberté d‘association et la liberté d’expression ;

· L’accès des peuples aux ressources naturelles et la lutte contre les inégalités sociales et pour le respect des droits économiques, sociaux, culturels et environnementaux , tout en veillant à ce que les accords internationaux respectent ces droits ;

· La sécurité des peuples et la lutte contre la militarisation et les zones de non droit où fleurissent les économies criminelles ;

· La lutte contre la corruption qui s’érige en système de gestion et qui constitue un élément fondamental dans l’enlisement du conflit.
3. D’élaborer une stratégie et des actions conjointes pour faire pression sur les parties du conflit qu’elles soient directes, indirectes ou potentielles pour qu’elles s’engagent dans un réel processus de résolution du conflit.

Les participants et participantes ainsi que les membres du Comité de Suivi du FSMaghreb, saisissent cette occasion pour appeler toutes les forces sociales démocratiques aspirant à la paix dans la région, à s’inscrire et se mobiliser pour l’émergence, face au blocage des Etats, d’un mouvement alternatif pour la réalisation de l’unité du Maghreb, un Maghreb des peuples, un autre Maghreb, qui passe nécessairement par la résolution pacifique du conflit du Sahara Occidental.

A Lyon le 18 Février 2012

Unions Générale des travailleurs marocains (UGTM), Union Générale des travailleurs tunisiens (UGTT), Fédération démocratique du Travail (FDT), Confédération Démocratique du Travail (CDT), Associations des travailleurs Maghrébins en france (ATMF),CEDITIM, IPAM, Dynamique sociale Sahraouie, Asociación de familiares de Presos y desaparecidos (AFRADESA),Union des periodiodistas y Escritos sahrauie (UPES), Comité pour le Respect des Libertés et des Droits humains au Sahara Occidental, Fédération des associations des marocains en France (AMF), Forum Citoyenneté monde Arabe (FCMA), Fédérations des tunisiens pour une citoyenneté des deux rives (FTCR), Association Elghorba, Forum des droits sociaux économique tunisien (FTDES), Association des défenseurs des droits de l’homme au Maroc (ASDHOM – France), Coordination maghrébine des droits de l’homme (CMODH), forum Marocain des alternatives sud(FMAS), Manifeste Euroafricain, associations libyenne des droits culturelles, association des étudiants sahraouie en Algérie, Helsinki Citizens’ Assembly (HCA), ATTAC, Organisation démocratique du Travail (ODT), Ligue tunisienne des droits de l’homme , association justice et démocratie, Na’oura (Belgique),